Demain nous appartient en avance : le commissariat est la cible d’une attaque – Le résumé de l’épisode du 27 janvier (VIDEO)

Demain nous appartient en avance : le commissariat de Sète est la cible d’une attaque. Il n’y a pas de blessés graves mais selon le tireur, “le pire est à venir”.. Virginie a bon espoir que le juge accorde à Bart sa remise en liberté.

Découvrez le résumé détaillé de l’épisode 647 qui sera diffusé le lundi 27 janvier 2020 à 19h20 sur TF1. Retrouvez les résumés complets et spoilers sur Demain nous appartient en cliquant sur ce lien. Bonne lecture.

©Fabien Malot/TelSète

Le lundi 27 janvier dans “Demain nous appartient”.. Sara et Georges sont devant le commissariat. Sara demande à Georges de la remplacer entre midi et deux heures à l’accueil car elle a une course à faire à l’autre bout de la ville. Elle finit par lui révéler qu’elle vient de s’installer avec quelqu’un et qu’elle aimerait acheter des mugs assortis. Martin et Aurore sortent du commissariat lorsqu’un motard habillé en noir et avec un casque intégral s’arrête devant l’hôtel de police. Il sort un fusil mitrailleur. Martin crie pour prévenir ses collègues de se mettre à terre. Aurore sort son arme et le motard commence à tirer en rafale. Il tire sur les vitres qui explosent. Martin et Aurore se cachent derrière une voiture de police. Pétrifiée, Sara ne bouge pas. Georges la pousse  et ils tombent tous les deux à terre. Georges vient sans doute de lui sauver la vie.

Karim est à l’intérieur et crie à ses collègues de se tenir loin des fenêtres . Pendant que le motard réarme son fusil, Aurore et Martin se relèvent pour faire feu mais le motard est plus rapide. Et alors que le motard démarre, Aurore tire mais comme elle est côté de Martin, ce dernier est blessé à l’oreille( (intérieurement) à cause de la détonation. Aurore se lance à la poursuite à pied mais en vain, le motard s’enfuit. Martin demande à Sara de balancer le signalement de la moto à toutes les unités. Aurore retourne devant le commissariat et tente de se souvenir de la plaque d’immatriculation de la moto .Martin lui demande ensuite de faire mettre des barrages. Aurore s’exécute et demande aux patrouilles de bloquer avec des barrages  3 départementales. Sara est sous le choc, persuadée qu’il y a des morts. Georges reste silencieux, il a du mal à encaisser le coups. Aurore aide ensuite Martin à marcher jusque dans le commissariat. Karim aide l’un de ses collègues blessés. Il apprend au commandant Constant qu’il n’y pas de morts mais plusieurs blessés. Martin demande à un de ses hommes d’appeler le samu avant d’être victime de vertiges. Aidé par Karim, le commandant Constant monte à l’étage. Il n’y a aucun blessé . Martin envoie ses hommes aider leurs collègues en bas et leur demande de baliser avec des rubans  le parking du commissariat.

Martin est victime d’acouphènes et il commence à saigner de l’oreille. Il refuse d’aller à l’hôpital mais il perd connaissance.

Sara, de son côté, pense que le tireur était un terroriste, qui voulait tuer des policiers. Georges, quant à lui, est visiblement sous le choc..Les blessés affluent à l’hôpital et William se charge de les répartir. William examine Martin car il n’entend pas d’une oreille. Affolée, Victoire demande des nouvelles de Georges. Martin la rassure lorsqu’elle reçoit justement un appel de Georges. Elle trouve sa voix bizarre. De son côté, Roxane affolée, se précipite au commissariat. Sara lui raconte ce qui s’est passé puis elle lui présente Georges. Roxane l’enlace et le remercie pour ce qu’il a fait.

Incarcéré, Bart ne va pas bien, il vomit. Il informe un surveillant. Ce dernier refuse de l’emmener à l’infirmerie. Il pense que Bart est malade à cause du stress. Bart reçoit ensuite la visite au parloir de Virginie Corkas. L’avocate informe le fils de Flore qu’il peut être libéré d’ici la fin de la semaine. Le juge des libertés et de la détention a rendu une ordonnance d’incarcération provisoire dans l’attente du débat contradictoire qui aura lieu au bout du délai légal de 4 jours. Ce jeudi, Bart va être entendu par le juge d’instruction pour déterminer s’il est nécessaire ou pas de le mettre en détention dans l’attente de son procès.

Martin est ausculté par William. Son tympan a été perforé. Martin va avoir dans les prochains jours des acouphènes , des vertiges et des céphalées mais son tympan va guérir spontanément  William veut  que Martin reste en observation mais lorsque Virginie vient le voir, le commandant Constant insiste auprès de sa compagne pour qu’elle l’emmène au commissariat.

Aurore a prévenu le lycée. Antoine fait sortir de classe Manon puis Sofia .Noor s’étonne et découvre sur son téléphone ce qui s’est déroulé. Antoine apprend aux deux adolescentes qu’une fusillade a éclaté au commissariat mais les rassure, leur mère va bien.

De retour au commissariat, Martin apprend à Karim qu’il n’y a heureusement aucun blessé grave, juste des personnes qui sont victimes de coupures dues aux éclats de vitres brisées, d’entorses et d’une fracture dues aux mouvements de panique. Pendant ce temps, le coupable court toujours.

Virginie retrouve Jules au Spoon. Ce dernier pense -contrairement à sa mère – que le type qui a tiré sur le tas doit mourir. En fait l’adolescent trouve injuste que le tireur n’ait rien eu alors que son père s’est fait tirer dessus.

Virginie s’entretient ensuite avec Flore. Elle lui explique qu’elle a bon espoir que le juge accorde à Bart sa remise en liberté conditionnelle.  Bart est accusé de violences ayant entraîné la mort sans l’intention de la donner et pour faire réduire sa peine, il faudra faire valoir des circonstances atténuantes. Flore comprend que Virginie va devoir charger Arnaud. Elle accepte malgré tout  de suivre Virginie dans sa stratégie. Arnaud n’étant plus là, elle doit penser désormais qu’à son fils.

Aurore pense que l’attaque n’est pas un attentat. La vidéosurveillance démontre que le tireur visait au-dessus des policiers, comme pour un tir de sommation. Georges montre à Martin, Karim et Aurore ce que la Police technique et scientifique a trouvé .Il s’agit une balle sur laquelle est gravée « Le pire est à venir ».

VIDEO Demain nous appartient – Extrait de l’épisode du 27 janvier

Contenus Sponsorisés